Santekilibre - Conseil Santé Naturelle - Naturopathie - Reiki Usui - Bordeaux Métropole

De quel type d'acné souffrez-vous ?

De quel type d'acné souffrez-vous ?

Définition : 

L’acné est un trouble du follicule pilo-sébacé qui associe plusieurs anomalies bien identifiées :

  • Une sur-production de sébum : c’est une sécrétion grasse qui est produite par la glande sébacée, active sous l'influence des hormones produites par les testicules et les ovaires, les androgènes, et qui débute à la puberté, cela peut persister après cette période…
  • Une obstruction du canal folliculaire empêchant ainsi l'élimination normale du sébum avec la formation de micro-kystes ou points noirs 
  • Une inflammation due à la prolifération d'agents microbiens
  • prolifération cellulaire locale

 

C'est souvent à l'adolescence que les lésions apparaissent touchant le visage, la poitrine et le dos, mais cette affection peut durer, selon divers facteurs. 

Des cicatrices lésionnelles peuvent apparaitre et rendre le problème difficile à vivre et entamer l’estime de soi.

Il ne faut pas prendre cette maladie à la légère pour ces raisons.

 

Différentes causes, souvent combinées, l’aspect multifactoriel : 

Etiologie : 

1. Intolérances alimentaires

2. Excès de sucre, résistance à l’insuline 

3. Intestins déséquilibrés : irritables, poreux, prolifération microbienne…

4. Digestion incomplète par manque d’acide chlorhydrique

5. Stress chronique et épuisement surrénal

6. Déséquilibre hormonal : mauvaise balance oestro-progestative, trop de testostérone 

7. Hypothyroïdie et métabolisme bas

8. Tabac, alcool

11. Xéno-oestrogènes, perturbateurs endocriniens (plastiques, peintures, cosmétiques...)

12. Excès de graisses trans et saturées (compétition avec les Omégas 3)

Dans un premier temps, il faut établir l’origine probable de l’acné de manière individuelle, les déséquilibres hormonaux éventuels, intolérances alimentaires, excès, cosmétiques etc.

Il faut distinguer deux grandes causes et origines de l’acné :

  1. déséquilibre digestif (acné vulgaris)
  2. déséquilibre hormonal (acné conglobata)

Les liens entre l’alimentation et l’acné ne sont pas très documentés mais semblent bien existants, notamment les excès de sucre en favorisant l’inflammation, les produits laitiers qui favorisent les encombrements divers, les toxiques (alcool, graisses trans, pesticides…), les perturbateurs endocriniens peuvent aussi par exemple aggraver le problème…

 

En naturopathie on parlera d’encombrements, encrassements, toxiques, à l’origine de l’acné…les glandes sébacées excrètent les « colles » en excès, ou les toxiques…

1. L’acné digestif

Nous abritons un microbiote constitué par 100 milliards de micro-organismes, soit 10 fois plus que le nombre de cellules qui constituent notre corps. Cet ensemble de bactéries, virus, parasites et champignons non pathogènes constitue notre microbiote intestinal (ou flore intestinale).

Cette flore est en symbiose et évite la prolifération des microbes pathogènes. Elle est propre à chaque individu, unique.

Nous parlons de dysbiose lorsque cet équilibre est rompu, pour diverses raisons : antibiothérapie, immuno-dépression, infections, alimentation monotone et pauvre…Les pathogènes prennent le dessus.

Les divers outils de la naturopathie apportent des réponses à ces déséquilibres.

Les signes d’un acné digestif, vulgaris : acné sur la zone T, peau grasse et petits boutons, plaques, bonne réponse aux antibiotiques, anti-bactériens et au traitement au zinc.

Les différentes manifestations de ces désordres :

  • Le syndrome du colon irritable (SCI) : 

Manque de motricité, hypersensibilité, manifestations psychosomatiques…

Amélioré par une diversification et richesse alimentaire, apport de fibres solubles, gestion du stress…

  • Prolifération bactérienne (SIBO) : 

Déséquilibre du à une hypochlorhydrie stomaccale, manque d’enzymes, un déséquilibre alimentaire etc.

Ballonnements, inconfort, halitose, gaz…

Amélioré par une prise en charge anti-bactérienne aromatique par exemple, un réglage alimentaire (régime FODMAP), probiotiques ou mycothérapie…

  • Un porosité intestinale, perméabilité des jonctions serrées, malabsorption des nutriments, intolérances :

Résultats : carences, inconfort, réactions immunitaires etc.

Amélioré par les évictions alimentaires, rétablissement du bon équilibre du microbiote, les probiotiques, des compléments…

  • Un dérèglement de la glycémie, résistance à l’insuline, lien avec l’inflammation de bas grade et augmentation des androgènes…
  • infection à levures, au Candida Albican

Dans les problématiques digestives il sera important dans tous les cas d’équilibrer l’alimentation. Equilibrer son assiette :

1/4 de féculents, 1/4 de protéines animales ou végétales complètes, 1/2 légumes et fruits, le tout arrosé de bons lipides, acides gras poly-insaturés.

Tous les éléments sont importants pour un bon métabolisme et une bonne homéostasie, à préciser avec son naturopathe !!

Revenons sur les causes de dysbiose :

  • La première chose à analyser et gérer, c’est le FOIE !!

Il sera prioritaire de gérer le foie. Si celui-ci est débordé, il ne fera pas bien son travail !

Il a des nombeuses fonctions, il filtre le sang, stocke et transforme les glucides, synthétise des éléments vitaux (albumine, bile, élèments de coagulation, urée, cholestérol…) gère les surplus d’hormones…

Si il ne filtre pas bien, les intestins en pâtissent en cascade…Et la peau en dernier ressort…Une prise en charge est nécéssaire et un accompagnement ciblé !

Les signes de surcharge hépatique : 

Des troubles intestinaux, difficulté à digérer les graisses, une halitose (mauvaise haleine), des nausées, migraines, troubles psychiques, candidose, troubles ORL, douleurs, insomnies, acné et eczémas ! 

 

  • Deuxième problématique : les INTESTINS eux-mêmes :

On a vu les différentes dysbioses plus haut, en voici les symptômes : gaz, spasmes, ballonnements, douleurs articulaires, réactions immunitaires (auto-immunes), troubles ORL, troubles psychiques, diabète, mycoses…

On peut faire doser les IgG "antialiments" pour évaluer les réactions immunitaires, intolérances et allergies en laboratoire et ainsi isoler les éléments réactifs, mais cette méthode est discutée, les preuves de sa pertinence n’ont pas été apportées. Mieux vaut tenir un carnet personnel des signes, liens de causes à effets...

Les plus : 

  • Un accompagnement en naturopathie ciblé et personnalisé
  • gestion du stress : méditation, respiration, cohérence cardiaque, accompagnement psychologique
  • sport, mouvement, oxygénation

 

2. L’acné hormonal 

Les signes d’un acné hormonal, conglobata : plus sévère, situé sur les pommettes, mâchoires, autour de la bouche et de le lisière du cuir chevelu, dos et décolleté, dépendant du calendrier du cycle hormonal, acné kystique, boutons profonds et douloureux, cicatrices persistantes, bonne réponse aux contraceptifs, s'améliore en vacances…L’acné qui concerne souvent les adolescents.

Cet acné est principalement dépendant des hormones et de leur déséquilibre, souvent une hyperandogynie. A vérifier avec son spécialiste, gynéco ou endocrino.

Les hormones sont des messagers du système nerveux et endocrinien, elles régulent le métabolisme, la reproduction, l’immunité, la glycémie, la pression artérielle, la survie…

Les neuromédiateurs en dépendent aussi. 

Symptômes de déséquilibre : acné, insomnies, prise ou perte de poids, irritabilité, fatigue, chute de cheveux, bouffées de chaleur, syndrome prémenstruel, syndrome des ovaires polykystiques, hirsutisme, tensions des seins, douleurs lombaires, rétention d’eau…

Les origines, causes : 

  • Un fois de plus, le FOIE (et pancréas)*

Le foie joue un rôle majeur dans la régulation et élimination des surplus d’hormones, et doit être soutenu voire désengorgé, pour bien faire son travail de filtre.

Si il est débordé, il ne saura pas éliminer ses hormones en excès, ni les toxines et métabolites encombrantes, les polluants etc.

Résultat, la peau étant un émonctoire de secours, va devoir gérer et éliminer ces déchets, et ils peuvent obstruer les pores.

Le déséquilibre peut aussi être subclinique et donc non corrigé par un examen gynécologique ou endocrinologique, l’observation et le questionnaire lors du bilan de vitalité sera donc primordial. 

Les causes : 

Les excès de sucre (favorise l’acné inflammatoire), féculents, aliments raffinés, industriels…et les toxiques et excitants.

Il faudra réduire ces sucres parfois cachés, ajoutés, faire attention aux index glycémiques et charge glycémique qui représentent des sucres bien réels et en grandes quantités, qui peuvent induire une résistance à l’insuline et donc une augmentation des androgènes responsable de l’excès de sébum et de poils.

Une résistance à l’insuline peut aussi être à l’origine du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), très souvent associé à de l’acné du à un excès d’hormones androgènes qui bloquent l’ovulation. Le cycle est perturbé, voire inexistant, les follicules s’accumulent et forment des agglomérats de kystes sur les ovaires, et une avalanche de désagréments dont l’acné et l’hirsutisme…

Il s’agira ici encore de réduire fortement les sucres, soutenir le foie, faire de l’exercice, pour corriger la résistance à l’insuline et libérer les graisses d’un foie éventuellement gras (syndrome NASH) et de proposer un accompagnement phytothérapeutique pour réguler les œstrogènes ou/et la progestérone et les androgènes par réaction.

  • Déséquilibre HORMONAL avéré :

- Par dérèglement oestro-progestatif :

Les glandes sexuelles ne font pas leur travail correctement, il y a une carence d’un coté ou de l’autre. Cela peut venir d’une insuffisance hépatique, d’une perturbation exogène toxique, d’un excès de sport, de stress ou d’une hypothyroïdie ou être génétique…
L’hyperandrogynie est « génétique » ou toxique (foie). La testostérone, présente normalement en petite quantité chez la femme, peut être trop importante, et convertie en DHT (dihydrotestostérone) elle est encore plus active et négative sur le sébum, ou autre…(SOPK…)
Les xéno-oestrogènes peuvent influer (perturbateurs endocriniens), bloquer les récepteurs d’hormones naturelles et donc perturber le système. Il faudra dans ce cas éviter les toxiques (polluants).

- Par dérèglement du cortisol par trop de stress : épuisement des surrénales, hyperglycémie, mauvais métabolisme…

- Par dérèglement thyroïdien des diverses origines…à vérifier.

Un accompagnement naturopathique de fond sera bénéfique et intéressant sur la durée...

 

 

Aurélie Blay Naturopathe à Lormont 

Ces conseils informatifs n’ont pas de valeur médicale et ne doivent pas se substituer à un traitement ou aux conseils d’un médecin, et doivent de préférence être envisagés sur les recommandations personnalisées d’un naturopathe. 

Ajouter votre commentaire

Anti-spam :

4 idées reçues sur l'alimentation santé

4 idées reçues sur l'alimentation santé

La naturopathie, du poil à gratter sur les légendes nutritionnelles Lire la suite
Comment gérer la ménopause avec la naturopathie ?

Comment gérer la ménopause avec la naturopathie ?

Les solutions de naturopathe pour bien vivre sa ménopause Lire la suite
Voir tous les articles
Awwwards