Santekilibre - Conseil Santé Naturelle - Naturopathie - Reiki Usui - Bordeaux Métropole

Le blog

Crème solaire : oui ou non ?

Crème solaire : oui ou non ?

Ma réponse de naturopathe à Bordeaux, sur cette question cruciale de l’été presque écoulé !

Pour l’environnement, il est aujourd’hui clairement établi que les crèmes solaires ont un impact désastreux sur les écosystèmes et donc la planète.

Comment pourraient-elles être inoffensives pour notre santé si elles sont dangereuses pour la nature ?

Les campagnes publicitaires et les recommandations gouvernementales nous ont pourtant bien martelé qu’elles étaient indispensables !

Pourquoi alors les chiffres du cancer augmentent en même temps que celles des ventes de crèmes depuis plus de 20 ans ?

Peut-être parce qu’elles nous laissent croire que nous sommes protégés au point de pouvoir rester 20 fois plus longtemps au soleil sans autre protection en pleine journée d’été…

Le prix d’une peau hâlée, brûlée plusieurs fois, de la pelade ? Le risque augmenté de mélanome quelques années plus tard.

Alors ? Se tartiner de crème sur la plage ?

Moi, naturopathe, je dis non !

Pourquoi ne pas préférer s’exposer modérément, intelligemment, au moins les 15 mn nécessaires à la production de vitamine D en été, puis se protéger vraiment ? Chapeau, tee-shirt, ombre, ou après 18h si on a le choix.

Sinon, la première protection naturelle est le bronzage lui-même, qui filtre les rayons grâce à la mélanine, à travailler progressivement et modérément, pour que la peau s’adapte d’elle-même.

Ceux qui travaillent au soleil doivent rester couverts, d’un tissu léger, ou mettre de la crème solaire régulièrement (elles ne sont que très rarement appliquées selon les recommandations), mais pas si ils sont dans les eaux naturelles, océan, rivières, lacs, mers…Et même sous la douche, malheureusement, les nanoparticules ne sont pas retraitées…Alors, faisons appel à notre bon sens, à notre nature profonde en lien avec la planète, pour ne pas la pourrir, et nous avec.

Autre chose : l’utilisation intempestive et lucrative pour certains industriels et notamment de cosmétiques, empêche la peau de produire la vitamine D tellement précieuse pour notre santé. Un parallèle maintenant scientifiquement étudié entre carence en vitamine D et mortalité nous incite à prendre des bains de soleil préventifs !!

Le Dr Lindqvist et son équipe a prouvé que l’évitement du soleil est un facteur de risque de décès équivalent à celui du tabagisme !!!! Certes pas du cancer de la peau bien qu’amoindri, mais des maladies cardio-vasculaires, du diabète et des autres cancers tous confondus. Incroyable ??! Non.

Quand on dit que nous sommes de belles plantes il faut le croire et faire du soleil notre ami qui est avec l’eau à l’origine et à la source de notre vie !

Les carences en illumination naturelles sont en augmentation et de plus en plus étudiées, validant ces propos. Nous avons besoin de tout le spectre de la lumière naturelle pour bien vivre, et nous avons tendance à l’oublier, et à diaboliser à tort notre astre nourricier ! Outre la vitamine D, nous avons besoin de lumière à tout point de vue ! Il est question de mal-illumination comme il y à la malnutrition…

Alors, les crèmes, on évite, le soleil on l’aime et on se réconcilie avec lui raisonnablement, on va se promener en plein air quotidiennement, et on lâche les écrans ! Comme pour le Dr Plourde par exemple, il est pertinent de renoncer aux crèmes pour le bien de notre santé, de nos enfants, du corail, des poissons, des océans, de l’eau potable…

Chez nous, en Gironde notamment, on peut encore capitaliser notre stock de vitamine D jusque fin octobre, ensuite le soleil est trop bas, et les rayons UVB ne passent plus la couche d’ozone. Il faudra attendre avril/mai pour renouveler le stock naturellement en lézardant sur les terrasses de Bordeaux !

Il faut visiblement éviter de trop se laver durant les heures qui suivent pour ne pas entraver le travail de la peau qui synthétise la précieuse vitamine D.

Les facteurs changent selon l’âge, les latitudes, la couleur de peau et l’heure de la journée, à se faire préciser donc, par exemple par son naturopathe !

Aurélie Blay pour Santékilibre - Naturopathe à Bordeaux

sources : Nexus de Juillet/Aout, article de Kim-Anh Lim, vous y trouverez tous les liens de sources.

Ces conseils n’ont pas de valeur médicale et ne doivent pas se substituer à un traitement ou aux conseils d’un médecin, et doivent de préférence être envisagés sur les recommandations personnalisées d’un naturopathe.

Ajouter votre commentaire

Anti-spam :

Awwwards