Santekilibre - Conseil Santé Naturelle - Naturopathie - Reiki Usui - Bordeaux Métropole

Le blog

Cure détox, oui ou non ?

Cure détox, oui ou non ?

Il y a une chose à savoir, que la médecine chinoise a compris, c’est que le corps et notamment le foie sont en détox naturelle au printemps. Ils se réveillent, se nettoient et se régénèrent en même temps que les plantes dans la nature !

Du coup, il ne faut pas trop en rajouter, et plutôt accompagner le processus en douceur.

Le printemps est une période de croissance et de création, avant l’été qui est une apogée naturelle et énergétique.

L’automne on décélère et l’hiver, hors de question de faire une cure, le corps est sensé être au repos, au chaud, au ralenti.

Une « aide » détox est donc utile pour aider à éliminer les « surcharges » : poids, graisses, toxines non évacuées car repos et énergie plus basse en hiver, et les excès en tout genre…

Comment ?  Par petites restrictions et du sport, le plein air, la respiration, la détente, le réchauffement, l’élimination naturelle, s’aider avec les boissons adaptées, des plantes, des compléments alimentaires, des jus verts…

En tant que naturpath je déconseille souvent les grosses diètes farfelues, les cures sucrées ( monodiètes de raisin, pomme ou autre…) et les  jeûnes longs non encadrés et non thérapeutiques !!!!

Ne pas oublier que drainer le foie tout en continuant de s’intoxiquer va fatiguer plus que détoxifier !

Mieux vaut limiter les entrants que forcer les sortants…

Et les cures ne doivent pas durer dans le temps pour ne pas épuiser les émonctoires hypersollicités.

Exemples de plantes du foie :

– chardon marie : restaure, répare, détoxicant fort

– desmodium : nettoie, draine, restaure le foie

– radis noir : accélère la digestion, la sécrétion de bile et donc libère les intestins

– romarin : le plus doux des hépato-protecteurs.

 

Les fortes diètes traumatisent et risquent d’induire des stockages et réactions à long terme de résistance, donc des prise de poids. Une journée ou deux bien choisies, c’est parfait.

Les cures ne doivent pas faire perdre beaucoup de poids d’un coup.

Les monodiètes sucrées sont à proscrire car elles peuvent dérégler la glycémie et l’insuline, sans parler de l’effet yoyo…Préférer les légumes, surtout verts qui détoxiquent réellement par chélation et minéralise.

Il est beaucoup plus intéressant de chercher à se libérer de l’addiction au sucre en douceur pour le long terme.

Les monodiètes ont un seul intérêt : réduire les apports ponctuellement pour désengorger le corps et les émonctoires. Les monodiètes de légumes permettent de contraindre le corps à éliminer les déchets plus profondément et chercher ce dont il a besoin, étant sous-alimenté.

Mais une réduction des quantités alimentaires et le choix de la qualité suffisent de fait, et ne mettent pas le corps en souffrance supplémentaire.

On ne fait pas de cure détox quand on est fatigué, malade, dénutri, déminéralisé. On réduit les toxiques, on se revitalise plutôt avec de bons aliments et compléments, chélateurs ou riches selon les besoins, avec l’aide de son praticien de santé.

Interdire ou éliminer un aliment (à part le lait ;-)) ou une famille d’aliment sur le long terme n’a selon moi pas de justification à part intolérance ou allergie avérées. Et même dans ce cas,  une réintroduction progressive après exclusion permet de désensibiliser le plus souvent. Sinon, on risque des vraies réactions très fortes à l’avenir sur de très petites quantités, et une sensibilisation.

Je ne parle évidemment pas ici des aliments encrassants, industriels, chimiquement impurs, ultra-transformés, qui sans être des poisons violents (quoique…), ne sont pas souhaitables et donc peuvent être évités !

Dans tous les cas, les changements soudains sont souvent trop brutaux et choquent l’organisme.

Il ne faut pas faire de cure à la légère. Les déséquilibres sont parfois plus longs à soigner que les maux de départ.

Les vraies cures et jeûnes doivent rester thérapeutiques et encadrées, pour une autolyse contrôlée et une surveillance en cas d’acidose.

Le jeûne intermittent est parfois à tester de manière intéressante.

Et faire des fenêtres thérapeutiques est indispensable ! (une semaine sur 4 pour toute prise de complément alimentaire ou tisane)

La science dans le domaine de la nutrition est très active et réactive en ce moment, il s’agit de rester alerte et modéré, et se remettre en question. Les avancées au sujet du « deuxième » cerveau par exemple et de l’univers bactérien du microbiote sont passionnantes et prometteuses ! Mais restez vigilants sur les recettes miracles trop vites conclues.

En bref : reposer et nettoyer son organisme oui, le choquer sans bonne raison, non.

Sur la mode des jus : préfèrer les jus de légumes !

Ceux aux fruits sont trop sucrés, et induisent de pics de glycémie, surtout sans les fibres…De plus les fibres nourrissent les bonnes bactéries du microbiote intestinal.

Les smoothies aux légumes et herbes sont donc préférables, sauf en période de repos pour les colopathies par exemple.

 

A bon entendeur, votre serviteur,

 

Aurélie Blay pour Santékilibre - Naturopathe à Bordeaux
 

Ces conseils n’ont pas de valeur médicale et ne doivent pas se substituer à un traitement ou aux conseils d’un médecin, et doivent de préférence être envisagés sur les recommandations personnalisées d’un naturopathe.

Ajouter votre commentaire

Anti-spam :

Awwwards